Accueil > Isolation thermique > Isolation des combles et de la toiture

Isolation des combles, isolation le la toiture

Ce qu’il faut savoir sur l’isolation des combles, isolation de la toiture

Isolation des combles : priorité à la toiture

Pour vivre votre habitat confortablement, soignez l'isolation thermique de ses parois ! L’isolation thermique et acoustique d’un comble, aménagé ou perdu, est indispensable car une toiture non isolée représente jusqu'à 30% des déperditions d'une habitation (source Ademe). L'isolation de la toiture est donc une priorité lors d'une construction ou d’une rénovation.

- Un meilleur espace habitable
- Une performance thermique d'hiver et d'été
- Crédit d'impôt

Performances et mise en œuvre d’une isolation des combles, isolation de la toiture

Isolation des combles, isolation de la toiture, un investissement indispensable et rentable

Le comble est la surface d’une maison représentant potentiellement le plus de déperditions thermiques. L’isolation des combles, isolation de la toiture est donc un investissement indispensable à votre confort : en hiver, l’isolation thermique limite les fuites de chaleur, en été, elle limite l’échauffement de l’air intérieur de l’habitat. Ainsi, qu’il s’agisse de combles aménagés ou de combles perdus, l’isolation thermique est le moyen le plus rapide pour gagner en confort et en économie d’énergie. En construction comme en rénovation, soigner l’isolation des combles, isolation de la toiture doit être une priorité.

Isolation des combles, isolation de la toiture, et espace habitable

La question principale lors de l’aménagement des combles est de ne pas trop rogner l’espace habitable. De ce point de vue-là, n’oubliez pas que les isolants minces sont des compléments d’isolation et non des isolants en tant que tels.

Si vous souhaitez opter pour ce type de produits, préférez des produits sous Avis Technique vous garantissant les conditions de mise en œuvre (www.cstb.fr). Pour réaliser l'isolation de votre comble, choisissez des isolants dont la performance est certifiée et dont les caractéristiques techniques sont validées pour ce type d'application (voir le comparatif des isolants par application).

Il existe des solutions d'isolation performantes permettant de ne pas trop rogner l'espace habitable. Entre 2 isolants visés, d’épaisseur égale, prenez celui dont la résistance thermique est la plus forte car c’est celui qui vous permettra d’avoir la meilleure performance d’isolation.

Isolation des combles, isolation de la toiture : performances

Isolation comblesOptez pour des matériaux performants dès le départ : votre investissement sera vite rentabilisé par les économies d'énergie qu'il vous permettra de réaliser sur le long terme. En toiture, la résistance thermique minimum sera R=8m².K/W dans le neuf (résistance minimale à viser pour une construction BBC). En rénovation, visez une résistance thermique minimale de 6m2.K/W en combles aménagés et de 7m2.K/W en combles perdus mais n’hésitez pas à mettre une résistance thermique supérieure si cela est possible !

Une bonne performance d’isolation limite les besoins en énergie de chauffage ou de refroidissement de l’habitat et cela se traduit par des économies sur votre facture d’énergie.

Pour garantir la bonne performance de votre isolation, l'étanchéité à l'air de la toiture est indispensable. Elle sera réalisée par une membrane d'étanchéité à l'air indépendante et continue sur l'ensemble du comble (faux comble, pied droit, rampants et plafond en combles aménagés ou sur le plancher en combles perdus).

NB : les règles de l'art pour l'isolation des combles, isolation de la toiture à base de laine minérale ont évolué (cf. CPT N°3560 – Cahier des Prescriptions Techniques du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment www.cstb.fr).

Soyez vigilant sur la qualité de la mise en œuvre car elle garantit la performance de votre isolation !

Isolation des combles, isolation de la toiture et confort d’été

Pour protéger votre habitat des surchauffes estivales, tant en combles aménagés qu’en combles perdus, le choix d’une isolation à fortes résistances thermiques est indispensable. La toiture est en effet la surface la plus exposée au rayonnement solaire en été et les températures sous couverture peuvent facilement atteindre les 70°C. Il est donc primordial de limiter le plus possible la pénétration de cette chaleur dans l’habitat.

En construction neuve, optez pour une résistance thermique d’au minimum R=8m2.K/W et en rénovation, visez au minimum 6 ou 7m2.K/W selon qu’il s’agit d’un comble aménagé ou d’un comble perdu Ces niveaux de résistances thermiques sont éligibles au crédit d’impôt développement durable 2012. La nuit, si l’environnement le permet (bruit et sécurité), pensez à sur-ventiler le comble en créant une circulation traversante. Si l’environnement est bruyant ou ne permet pas d’avoir un niveau de sécurité suffisant, optez pour un système de ventilation à vitesses multiples afin de pouvoir forcer la ventilation pendant la nuit. Cette sur-ventilation permettra à la structure de se charger en fraîcheur, ce qui limitera d’autant l’élévation de la température intérieure la journée suivante.

En comble aménagé, en complément d'une isolation thermique performante, soyez aussi exigeant sur le choix de vos fenêtres. Ne les pensez pas à la légère, sous peine d'anéantir les efforts réalisés pour isoler vos combles, tant en isolation thermique qu'en isolation acoustique. Choisissez donc un double vitrage, il est indispensable pour votre isolation acoustique et préférez un vitrage à isolation thermique renforcée, il vous fera faire des économies. Et pour vous permettre de profiter confortablement de votre comble en toutes saisons équipez vos fenêtres de toit de stores extérieurs ou de volets pour votre confort d'été. Sans ces protections extérieures, les vitres s’échauffent et surchauffent l’air du comble. Le comble restera alors d’autant plus chaud qu’il sera très bien isolé. Il est donc nécessaire de limiter tant que possible l’élévation de température dans le comble en protégeant par l’extérieur ces sources de chaleur parasites.

En savoir plus : Inertie thermique et confort d'été (étude Empa)

Isolation des combles, isolation de la toiture : crédit d’impôt pour vos travaux

N’oubliez pas que pour la rénovation d'un logement principal, vous pouvez bénéficier d’une réduction sur le coût TTC des matériaux d’isolation des murs, toitures et sols ainsi que sur le coût de leur pose sous forme de crédit d’impôt pour dépenses d'équipement de l'habitation principale ou de logements de plus de deux ans loués nus à usage d’habitation principale pendant une durée minimale de 5 ans, que vous soyez imposable ou non imposable.

Le crédit d'impôt Développement Durable pour 2012 s'applique également pour le choix de fenêtres à vitrage à haute performance thermique si ces travaux entrent dans la composition d’un bouquet de travaux (cf. article 200 quater et article 18 bis du Code Général des Impôts - www.legifrance.gouv.fr). N’hésitez donc pas à vous renseigner sur les conditions d’octroi du crédit d’impôt isolation. Sachez par exemple que la période d’application du crédit d’impôt a été prolongée jusqu’au 31 décembre 2015.

A compter du 1er janvier 2013, il sera réservé aux dépenses réalisées dans des logements achevés depuis plus de deux ans.

Isolation simple ou double couche ?

Entre simple et double couche, le choix d’une solution d’isolation est le plus souvent lié à la configuration des parois de votre logement et aux performances thermiques visées.

Isoler en charpente traditionnelle
Isoler en charpente fermettes industrielles
Isoler en combles perdus
A savoir

Isolation combles a savoir

Que l’on isole en une ou deux couches, le seul objectif est de viser une résistance thermique élevée et d'au minimum R = 8m².K/W pour garantir le confort d’hiver et d’été ainsi que le faible niveau de consommation d’énergie (en moyenne).

Comment isoler des combles avec rampants ou des combles perdus : cela s’effectue selon le type de charpente et le type de structure soit en une seule couche, soit en double couche d’isolants.

NB : en isolation multicouche, un seul pare-vapeur indépendant et continu est posé du côté chauffé de la paroi lors de la mise en œuvre. Il assure à la fois le rôle de pare-vapeur et de membrane d’étanchéité à l’air. Il est impératif de le prévoir en combles aménagés ainsi qu’en combles perdus lorsque le plancher ne permet pas d’assurer l’étanchéité à l’air aujourd’hui requise et mesurée à réception de chantier en bâtiment BBC.

Isolation des combles en charpente traditionnelle, isolation de la toiture

isolation de la toitureL'isolant posé entre chevrons doit avoir une résistance thermique élevée compte tenu de la faible disponibilité d’épaisseur (6 à 8 cm). En isolation traditionnelle, le lambda (conductivité thermique) de l’isolant mis en œuvre ne doit pas être supérieur à 0.036W/(m.K) et la résistance thermique R de l’épaisseur posée doit être supérieure ou égale à 1.65m2.K/W conformément aux prescriptions du CPT 3560.

L’isolation entre chevrons n'offrant pas en une seule couche de continuité thermique sur l'ensemble du rampant, elle ne permet pas de satisfaire les niveaux de résistance thermique correspondant aux exigences réglementaires ni aux exigences de confort. Deux couches sont donc nécessaires pour avoir une isolation continue.

La première couche d’isolant nu entre chevrons doit être combinée avec une seconde couche entre pannes. Cette dernière peut comporter un pare-vapeur orienté côté intérieur (ou chauffé).

isolation de la toiture

Isolation des combles en charpente fermettes industrielles, isolation de la toiture

L’isolation thermique peut ici se faire en une simple ou double couche, entre fermettes ou sous fermettes.

Entre fermettes, l'isolant semi-rigide en panneau ou en rouleau est inséré sans toucher les liteaux ou l'écran de sous toiture, sauf si ce dernier est d’une « haute perméance à la vapeur d’eau » (HPV). L'isolant peut comporter un pare-vapeur côté intérieur mais la première couche posée entre fermettes est nue.

La seconde épaisseur d’isolant posé sous fermettes permet d’en limiter le pont thermique induit. Le lambda de l’isolant traditionnel mis en œuvre est au maximum de 0.036W/(m.K).

Un pare-vapeur indépendant et continu finalise l’isolation du côté intérieur. Il assure à la fois son rôle pare-vapeur et le rôle de membrane d’étanchéité à l’air (une mesure réglementaire d’étanchéité à l’air est obligatoirement réalisée à la réception du chantier en neuf).

Isolation des combles en charpente fermettes industrielles, isolation de la toiture

Isolation des combles perdus, isolation de la toiture

L’isolation thermique d’un comble perdu peut être réalisée par laine de verre ou de roche soufflée. Toutefois, selon le type de structure du plancher, elle peut aussi se faire en simple ou double couche à l’aide d’un isolant en panneaux ou en rouleaux (laine à dérouler).

En isolation sur plancher (bois ou béton), les fortes épaisseurs d’isolants en rouleaux aujourd’hui disponibles permettent d’obtenir en monocouche des résistances thermiques jusqu’à R=8m2.K/W, ce qui correspond à la résistance thermique minimale préconisée en construction BBC.

Mais on pourra aussi opter pour une mise en œuvre en double couche pour une amélioration thermique (cumul des résistances thermiques). Le produit isolant doit être déroulé ou posé sur le plancher, sans espace ou lame d'air entre le plancher et l’isolant. Les différents lés doivent être posés bord à bord et de façon jointive. Aucune fixation n'est nécessaire. L'isolant doit être posé jusqu'à la panne sablière et remonté sur celle-ci en prenant garde de ne pas obstruer les entrées d'air nécessaires à la ventilation de la sous-couverture lorsqu'elles se situent en partie basse de la toiture (entrées d’air en rives basses).

Isolation des combles perdus, isolation de la toiture

En isolation sur plafond suspendu, deux techniques sont possibles : l’isolation par une laine déroulée ou l’isolation par une laine à souffler.

Isolation des combles, isolation de la toiture par une laine à dérouler :

Dans le neuf, un premier lit continu d’isolant est posé sous les solives pour limiter le pont thermique induit par ces dernières puis un second lit est déposé entre celles-ci à concurrence de la résistance thermique globale visée.

En rénovation, un premier lit de la hauteur des solives est déposé entre celles-ci. Un second lit est déroulé au-dessus, perpendiculairement aux solives et à concurrence de la résistance thermique globale visée.

Isolation des combles, isolation de la toiture par une laine soufflée :

Isolation des combles, isolation de la toiture par une laine soufflée Dans le neuf, le plafond est suspendu à quelques centimètres sous les solives pour pouvoir souffler la laine de façon continue sous ces dernières et limiter ainsi le pont thermique qu’elles induisent. Le soufflage se poursuit en remplissant de façon régulière et homogène les espaces entre solives puis au-dessus de celles-ci à concurrence de la résistance thermique globale visée.

En rénovation, le plafond est très souvent fixé directement sur les solives. Le soufflage est donc effectué en remplissant les caissons constitués par le plafond et les solives de façon régulière et homogène puis se poursuit au-delà des solives afin d’atteindre la résistance thermique globale visée.

Isolation des combles, isolation de la toiture : à savoir

En construction neuve, la résistance thermique des isolants mis en œuvre devra permettre de répondre aux exigences de consommation d’énergie primaire minimale requise par la Réglementation Thermique RT 2012 en vigueur pour tout permis de construire à compter du 1er janvier 2013 et en rénovation, elle devra a minima être conforme aux exigences de la Réglementation Thermique des Bâtiments Existants.

Quelle que soit l’option retenue, la mise en œuvre doit être conforme au Cahier de Prescriptions Techniques n° 3560 du CSTB (www.cstb.fr) et on accordera impérativement une vigilance toute particulière à l'étanchéité à l'air des parois à isoler afin de garantir un confort optimal, des économies de chauffage et la qualité globale du bâtiment.

Certains systèmes d’isolation en toiture peuvent ne pas suivre les prescriptions de pose traditionnelle : dans ce cas les conditions de leur pose est régie par un Avis technique du CSTB auquel il faudra vous référer.

Investissement nécessaire à une bonne isolation des combles, isolation de la toiture

Une bonne isolation thermique des combles représente un investissement important, pour une maison de 100 m2 construite avant la 1ère règlementation thermique de 1974, l'investissement global pour isoler les plafonds représente un investissement de 3 à 10 000 € (différence entre une laine de verre de 30 cm déroulée et une mise en œuvre sous rampants).

Toutefois cette isolation thermique des plafonds complète entraînera une réduction de 25 à 30 % (en moyenne) de votre facture de chauffage et avec l'augmentation régulière des coûts des énergies fossiles, la différence d'investissement sera rapidement comblée et amortie.

Une Isolation des combles, isolation de la toitureest éligible au crédit d'impôts

Pour la mise en œuvre d'une isolation thermique des plafonds, vous bénéficiez d'un crédit d'impôts développement durable de 15 % du montant de la fourniture et de la pose des matériaux isolants, ce crédit d'impôts peut être bonifié de 8 % dans le cas d'un bouquet de travaux (production d'eau chaude par ballon thermodynamique, changement de fenêtres, installation d'une chaudière condensation ou d'une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau).

Une Isolation des combles, isolation de la toitureest éligible aux Certificats d'Economies d'Energie

Pour la mise en œuvre d'une isolation thermique murs, sols, plafonds, changement de fenêtres), vous bénéficiez d'un certificat d'économies d'énergie (CEE) variant de 1 000 à 1 500 € (moyenne pour une maison de 100 m2) fonction de votre région et de la surface et l'énergie actuelle de votre habitation.

Une Isolation des combles, isolation de la toitureest éligible aux aides de l'Anah, aux aides régionales et du Conseil Général.

Sous conditions de ressources, si votre maison a plus de 15 ans, , la mise en œuvre d'une isolation thermique (murs, sols, plafonds, changement de fenêtres) permet de bénéficier d'une aide de l'Anah ou des aides régionales. Allez dans ce site à la rubrique Anah ou Aides Régionales pour vérifier si vous pouvez en bénéficier.

Une Isolation des combles, isolation de la toitureest éligible au PTZ.

Associée à un bouquet de travaux (isolation des murs, isolation des plafonds, changement de fenêtres, représente 3 lots éligibles au PTZ), cette isolation thermique des combles vous permet de bénéficier d'un prêt à taux 0 % de 20 000 € (2 lots réalisés) ou 30 000 € (3 lots réalisés) sur 10 ou 15 ans.

Calculez vos économies grâce à une bonne isolation des combles, isolation de la toiture avec le simulateur

Est-ce que l’Isolation des combles, isolation de la toiture est faite pour votre habitation ? N'hésitez plus, vérifiez-le avec le simulateur gratuit du site www.point-contact-energie.fr, il vous donnera une estimation chiffrée de vos économies, basée sur votre consommation énergétique actuelle.

Les principaux fabricants pour une bonne isolation des combles, isolation de la toiture

Les principaux fabricants et distributeurs de matériaux d'isolation thermique sont :

Saint Gobain Knauf Réseau pro Descours & Cabaud